Français Anglais
Accueil Annuaire Plan du site
Accueil > Production scientifique > Thèses et habilitations
Production scientifique
Doctorat de

Doctorat
Equipe : Test Formel et Exploration de Systèmes

Utilisation des Structures Combinatoires pour le Test Statistique

Début le 01/09/2000
Direction : GAUDEL, Marie-Claude
[Alain Denise et Marie-Claude Gaudel]

Ecole doctorale :
Etablissement d'inscription : Université Paris-Sud

Lieu de déroulement : LRI

Soutenue le 24/06/2004 devant le jury composé de :
A. Denise (LRI, Université Paris-sud 11),
P. Flajolet (rapporteur, INRIA Rocquencourt),
M.-C. Gaudel (LRI, Université Paris-sud 11),
B. Marre (CEA Saclay),
F. Ouabdesselam (rapporteur, LSR-IMAG, Grenoble),
P. Thévenod-Fosse (présidente, LAAS Toulouse).

Activités de recherche :
   - Vérification
   - Test de Logiciels
   - Méthodes Formelles de Génie Logiciel

Résumé :
Cette thèse propose une nouvelle approche pour le test statistique de
logiciel à partir d'une description graphique des comportements du
système à tester (graphe de contrôle, statecharts). Son originalité
repose sur la combinaison de résultats et d'outils de combinatoire
(génération aléatoire de structures combinatoires) et d'un solveur de
contraintes, pour obtenir une méthode de test complètement automatisée.
Contrairement aux approches classiques qui tirent des entrées, la
génération aléatoire uniforme est utilisée pour tirer des chemins parmi
un ensemble de chemins d'exécution ou de traces du système à tester.
Puis, une étape de résolution de contraintes est utilisée pour
déterminer les entrées qui permettront d'exécuter ces chemins.
De plus, nous montrons comment les techniques de programmation
linéaire peuvent améliorer la qualité d'un ensemble de tests.

Une première application a été effectuée pour le test statistique
structurel défini par Thévenod-Fosse et Waeselynck (LAAS) et un
prototype a été développé.
Des expériences (plus de 10000 réalisées sur quatre fonctions issues
d'un logiciel industriel) ont été effectuées pour évaluer notre approche
et sa stabilité.

Ces expériences montrent que notre approche est comparable à celle
du LAAS, est stable et a l'avantage d'être complètement automatisée.
Ces premières expériences nous permettent également d'envisager un
passage à l'échelle de notre approche. Plus généralement, ces travaux
pourraient servir de base pour une nouvelle classe d'outils dans le
domaine du test de logiciel, combinant génération aléatoire de
structures combinatoires, techniques de programmation linéaire et
résolution de contraintes.

Pour en savoir plus: http://tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/05/17/76/PDF/these_gouraud.pdf