Français Anglais
Accueil Annuaire Plan du site
Accueil > Production scientifique > Thèses et habilitations
Production scientifique
Doctorat de

Doctorat
Equipe : Informatique Centrée sur l'Humain

Communication Médiatisée par la Vidéo pour les Pratiques Collaboratives à Distance entre Murs d’Écrans

Début le 01/09/2014
Direction : BEAUDOUIN-LAFON, Michel

Financement :
Etablissement d'inscription : Université Paris-Sud
Lieu de déroulement : LRI - HCC

Soutenue le 12/12/2017 devant le jury composé de :
Directeur de thèse :
- M. Michel Beaudouin-Lafon, Professor at Université Paris-Sud

Co-Encadrant de thèse :
- M. Cédric Fleury, Maître de Conférence at Université Paris-Sud

Rapporteurs :
- M. Carman Neustaedter, Associate Professor at Simon Fraser University
- Mme. Myriam Lewkowicz. Professor at Université de Technologie de Troyes

Examinateurs :
- M. Jean-Claude Martin. Professor at Université Paris-Sud
- M. Albrecht Schmidt, Professor at LMU Munich University

Activités de recherche :

Résumé :
La collaboration entre plusieurs personnes peut prendre plusieurs formes, telles que se placer côte à côte pour travailler ensemble sur un objet, autour d’une table pour manipuler des objets ou debout devant un grand écran pour visualiser un grand nombre de données. La technologie soutient depuis longtemps ces différentes pratiques au travers de nombreux dispositifs: les ordinateurs de bureau permettent à des individus de travailler côte à côte sur des objets numériques, les tables interactives permettent de se rassembler autour de données partagées, et les murs d’écrans permettent de visualiser et de manipuler facilement de grands ensembles de données numériques. Les caractéristiques propres de ses dispositifs déterminent la manière dont les gens les utilisent pour collaborer dans le même espace. Mais lorsque la collaboration doit se faire à distance, est-elle aussi bien assistée par la technologie ?
Dans ce travail, je soutiens l’idée selon laquelle le succès d’un système de télécommunications ne dépend pas de sa capacité à imiter une collaboration co-localisée, mais dans sa capacité à faciliter les pratiques collaboratives découlant des caractéristiques spécifiques de la technologie. J’explore cet argument en utilisant un mur d’écrans en tant que technologie collaborative. Les murs d’écrans offrent un espace d’affichage important et permettent de visualiser de grandes quantités de données avec une haute résolution, deux caractéristiques qui conditionnent le comportement des collaborateurs. Ceux-ci peuvent notamment naviguer physiquement face aux données, se rapprocher ou reculer par rapport à l’écran au lieu de zoomer ou dézoomer, et se déplacer d’objets en objets au lieu de faire défiler le contenu. Ces traits déterminent la manière dont les individus collaborent: ils peuvent naviguer simultanément et indépendamment, tout en indiquant des objets aux autres par des gestes; effectuer un travail conjoint en naviguant physiquement dans les données tout en les discutant.
Dans cette optique, j’ai créé CamRay, un outil de télécommunication qui nous permet d’étudier la collaboration dans de grands espaces interactifs. CamRay utilise une rangée de caméras pour enregistrer le visage des utilisateurs lorsqu’ils parcourent physiquement les données le long de l’écran et présente cette vidéo sur un autre mur d’écrans distant par dessus le contenu existant. Cet outil permet d’étudier les besoins nécessaires à la collaboration à distance entre murs d’écrans et d’explorer différentes solutions pour comment la faciliter. Dans cette thèse, j’utilise CamRay pour observer comment des paires d’utilisateurs effectuent deux tâches collaboratives différentes à distance. En observant la façon dont cet outil répond aux besoins de la collaboration, je propose deux possibilités pour afficher la vidéo: Follow-Local et Follow-Remote. Avec Follow-Local, le flux vidéo de l’utilisateur distant suit l’utilisateur local, tandis qu’avec Follow-Remote, le flux vidéo suit l’utilisateur distant. Je présente les résultats de deux expériences évaluant comment ces deux stratégies prennent en charge différentes séquences de la collaboration. Plus particulièrement, je montre que Follow-Remote préserve les relations spatiales entre le collaborateur à distance et le contenu de l’écran, créant ainsi la possibilité de désigner les objets par des gestes de pointage, tandis que Follow-Local facilite les conversations grâce à un face-à-face virtuel qui transmet plus facilement la communication gestuelle. Finalement, je me base sur ces résultats pour guider la conception de futurs systèmes de communications à distance entre murs d’écrans, et dégager des considérations à suivre lorsque des capacités de communication à distance sont ajoutées à de nouvelles technologies.